Sélectionner une page
Si vous avez apprécié cet article, vous êtes libre de le partager ! :)

Date_et_heure
  • Le dîner était prêt :

C’est dans la ville de l’amitié fraternelle – Philadelphie – que l’histoire du PMI® (Project Management Institute) a commencé. Un soir d’automne 1969, trois hommes se sont réunis autour des crépitements de pluie d’une fenêtre d’un restaurant de Philadelphie. Au cours de ce dîner, une discussion entre Jim Snyder et Gordon Davis a émergé autour de leurs difficultés en matière de gestion de projet. Cette discussion faisait suite à de nombreux d’échanges entre les deux hommes durant les mois qui les ont précédés. Puis, est apparu l’idée de créer une organisation permettant au chefs de projet de se rassembler pour s’entraider autour de problématiques de management de projet et de mutualiser les meilleures pratiques en matière de gestion de projet.

  • Les 5 fondateurs du Project Management Institute (PMI)® !

C’était un jeudi, le 9 octobre 1969, peu de temps après leur dîner inaugural, que les 2 amis ont conviés 3 autres personnes pour se réunir officiellement pour la première fois dans l’université d’Atlanta, la Georgia Institute of Technology. C’est ainsi que les 5 fondateurs James Snyder, Eric Jenett, Gordon Davis, EA « Ned » Engman et Susan Gallagher, ont décidé de créer le célèbre « Project Management Institute » (PMI)®, une association à but non lucratif.  L’objectif du PMI® sera d’augmenter le succès des projets dans les organisations, cultiver et enrichir la réflexion autour de la profession de chef de projet et développer les carrières. Normes ou standards, certifications ou diplômes, communautés de pratique ou épistémique, ressources ou publications, tous les moyens étaient bons pour coordonner la recherche et le développement de la gestion de projet dans le monde. L’idée a suivi son cours, puis germé et s’est finalement imposée pour développer un cadre de référence commun et des perspectives de carrière stable, évolutive et à forte valeur ajoutée. 😊

  • Un chemin qui accepte les critiques

Pour comprendre l’histoire de la certification PMP®, il faut se replonger dans l’univers de l’époque, les années 50 : manque de visibilité sur les temps d’exécution, incertitude quant à la capacité à produire le bon livrable, tensions avec les parties prenantes, problèmes éthiques, etc.  Ceux qui arrivaient à tirer leur épingle du jeu étaient les « inspecteurs de chantier« , à savoir, les aïeux des chefs de projet. Leur métier consistait à faire suivre les étapes et sous-étapes prévues par leur contrats, ils rendaient-compte des avancées des travaux et pilotaient leur équipe efficacement. Ce qui était apprécié par les parties prenantes. Et Matthew H. Parry l’avait bien compris, pour être efficace en matière de gestion de projet, il faut être en mesure d’apporter de la visibilité sur les plannings, les avancées et les contrôles.

L’histoire de la certification PMP®, c’est donc l’histoire d’une méthode et d’une rencontre. Tout a commencé lorsque le canadien Matthew H. Parry, ancien président du PMI® et personnage central du guide PMBOK®[1] (Project Management Body of Knowledge) a découvert la méthode du chemin critique décrite dans le livre de Jim O’Brien et Rocky Martino : « Critical Path Method[2] » (méthode du chemin critique). Ce qui tombait bien puisque dans la même période Parry faisait également la rencontre d’un jeune ingénieur Hollandais Nick Santink qui essayait ladite méthode sur un projet important. Parry et Santink étaient donc désormais outillés pour tenter une approche conjointe autour d’une nouvelle méthode : la méthode du chemin critique. Ce sera la première fois qu’un tel travail sur le planning et les contrôles sur les projets sera réalisé. Une méthode apportant à la fois de la lisibilité sur les temps d’exécution et sur les avancées d’un projet. Ce fût un véritable succès. 😊

  • Une approche gagnante contre les procès de l’époque

Savez-vous qu’aux Etats-Unis, on peut réclamer 67 millions de dollars en raison d’un pantalon égaré dans un pressing ou plusieurs millions en raison d’un café trop chaud ?😵 Aux États-Unis, les procès sont faciles, les citoyens y recourent très régulièrement et parfois pour des raisons peu orthodoxes. Eh bien avec la mise en place de cette nouvelle méthode, Matthew H. Parry fera gagner à ses clients 100% des procès intentés contre eux (sur 8 procès, il en a gagné 8 !). Une méthode opérationnelle était née. Puis les systèmes d’information se sont ensuite ajustés sur cette méthode à tel point que le contrôle d’un projet est devenu aussi important que l’expertise technique. Les méthodes de projection et de prédiction sur les avancées d’un projet permettaient ainsi d’éviter de prendre des décisions trop hâtives ou injustifiées.

  • L’histoire du guide PMBOK® et de la certification PMP®

Si vous gérez des projets, alors vous savez sans doute que les tensions décrites ci-avant, autour de l’éthique, des accréditations (internes ou externes) ou des normes (de qualité à suivre) pour piloter efficacement un projet sont faciles. Dans les années 60-70, ces tensions étaient permanentes et même si Matthew H. Parry gagnait ses procès, il souhaitait normaliser cette méthode. C’est ainsi que quelques années plus tard après sa présidence du PMI®, Matthew H. Parry (1977-1978), le président Dean Martin du PMI® poursuivi les efforts de Parry pour lui proposer d’élaborer un référentiel (1981). L’objectif de ce projet était alors de développer des normes de gestion de projet, d’éthique et d’accréditation. Deux ans plus tard, en 1984, l’ETA (Ethics, Standards and Accreditation) était né. Ce fut un véritable succès puisque c’est ce qui a donné ensuite naissance à la première édition du guide PMBOK® que vous connaissez aujourd’hui. C’est grâce au britanno-canadien Robert Max Wideman et aux 80 bénévoles du PMI® que cette première édition du guide PMBOK® (Project Management Body Of Knolewdge) est née. Et puis, étant donné que nous venions enfin de trouver une méthode pour endiguer les nombreux problèmes liés à la gestion de projet, la certification PMP® est née. Elle deviendra la garant d’un haut de niveau de connaissance, de compétences et d’expériences de leur titulaire en matière de gestion de projet. Lors de la première session de l’examen PMP®, sur les 56 personnes qui se sont présentées, 43 l’ont obtenues. La suite, vous la connaissez :

  • 1,6 millions de membres PMI® délivrées dans le monde ;
  • Plus d’1 million de personnes titulaires de l’attestation PMP® dans le monde ;
  • Un salaire de 22%[3] plus élevés en moyenne pour les certifiés PMP®
  • 600 000 membres du PMI® dans le monde répartis dans 214 pays et territoires et les 6 continents ;
  • Et plus de 50 ans d’existence…

_________________________________________

 

Bibliographie et webographie

Source 1 : Parry, M. H. (1994). A history of PMI® in Canada. PM Network, 8(2), 44–46.

Source 2 : Webster, F. M. (1994). Project management certification: the history. PM Network, 8(11), 24–25.

[1] PMBOK® est une marque déposée du Project Management Institute, Inc. Il s’agit du Guide du Corpus des Connaissances en Management de Projet (Guide PMBOK)®

[2] Reid, D. M. (1974). Project management system (PMS) through the use of the critical path method (CPM). Final report.

[3] Source : Project Management Salary Survey – Eleventh Edition

A NOTER : Project Management Professional PMP® et Project Management Institute (PMI)® sont des marques déposées du Project Management Institute PMI®, Inc.


Si vous avez apprécié cet article, vous êtes libre de le partager ! :)
%d blogueurs aiment cette page :