Sélectionner une page
Si vous avez apprécié cet article, vous êtes libre de le partager ! :)

Concrètement qu'est-ce que le métier de Scrum Master
Date_et_heure

Concrètement : qu’est-ce que le métier de Scrum Master ? 

« Master », vous connaissez ce terme. « Scrum », les choses se compliquent. Très concrètement, cela signifie « mêlée », soit le moment dans un match de rugby où les joueurs se démènent pour récupérer le ballon. La métaphore du rugby est liée au fait que, contrairement aux approches de gestion de projet traditionnelles (dites prédictives), certains projets rencontrent beaucoup d’incertitudes (et de complexité). La métaphore du ballon ovale du rugby est l’exemple typique de cette incertitude. Selon les inventeurs du framework « Scrum » (édition 2020), Ken Schwaber et Jeff Sutherland, le rôle d’un Scrum Master (en français : Celui qui maîtrise le guide Scrum) est « […] d’aider l’équipe et l’organisation à comprendre la théorie et la pratique Scrum ». Il est redevable de l’efficacité de la Scrum Team. Vous l’aurez compris, ce rôle est indispensable au sein de l’équipe. Vous en doutez ? Vous avez du mal à saisir ce qui se cache derrière cet anglicisme ? Laissez-moi vous expliquer en quelques points en quoi consiste le métier de Scrum Master, concrètement

Le Métier de Scrum Master permet dassurer le bon fonctionnement de la Scrum Team 

Un Scrum Master  c’est un expert du framework [1] Scrum. Il le connaît sur le bout des doigts ! Il est responsable de son application sur le terrain. Il montre le chemin à parcourir pour en maîtriser les principes d’action. Non seulement le Scrum Master guide la Scrum Team [2], mais il l’accompagne. Autrement dit, au-delà de leur indiquer le chemin, il l’emprunte avec eux. Cet aspect majeur me permet d’insister sur un point crucial : le SM n’est pas un supérieur hiérarchique. Il est une partie intégrante de l’équipe. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’il y ait des élections sans candidat à la manière d’un conclave papal. Cette élection permet de renforcer la légitimité du Scrum Master au sein de l’équipe.  

En sherpa, en coach, en sensei, en facilitateur, en formateur, en catalyseur, le rôle de Scrum Master se décline sous toutes les formes ! Dans certains framework [1] l’Extreme programming (XP) par exemple, on l’appelle « Coach », dans Disciplined Agile, on l’appelle « Team Lead », chez Spotify® on l’appelle « Agile Coach », etc. ces termes sont tous plus ou moins équivalent avec certaines subtilités de « pouvoir ». Retenez surtout qu’ils ont la caractéristique commune d’aider à la synchronisation des équipes. 

Généralement, les collaborateurs désignent un Scrum Master certifié ou bien une personne passionnée qui connaît bien ce framework. Dans son livre Scrum : pour une pratique vivante de l’agilité, Claude Aubry [3] nous explique cette pratique en précisant que le rôle de Scrum Master n’est pas toujours réservé à une seule et même personne. On pourrait par exemple imaginer une collaboratrice de l’équipe devenir Scrum Master pendant quelques mois puis « tourner » et laisser sa place de SM à un autre collaborateur. Cet exemple illustre bien cette notion de rôle « non-hiérarchique ». Ce rôle permet d’adopter une position différente de celle des autres non pas pour donner des ordres, mais davantage pour éclairer et mettre les autres sur la voie de l’agilité.

Le Scrum Master facilite les échanges au sein de l’équipe 

On laisse de côté les ordres, au profit d’échanges fluides. En effet, le but est d’éviter les accrocs souvent synonymes de perte d’efficacité, de temps, mais également d’entente. Des échanges sains et efficaces sont nécessaires, et le rôle de facilitateur y veille.  

Toutefois, comme vous commencez à le comprendre, son rôle est modéré. Le SM ne cherche pas à savoir tout ce qui se passe, tout le temps, pour ajouter son grain de sel. Simplement, le fait qu’il prenne du recul sur le déroulement des actions de l’équipe lui permet de faciliter leurs tâches qui doivent répondre aux attentes du Product Owner

Comme indiqué dans le Scrum Guide 2020, le Scrum Master : « […] Contribue à lever les obstacles qui peuvent se dresser entre les parties prenantes et les Scrum Teams« . Comme un médiateur, il facilite les échanges sans toutefois imposer de décisions. En aiguillant son équipe, le SM lui permet de mieux appréhender les potentiels problèmes. À terme, les membres doivent gagner en autonomie, et toucher du doigt l’auto-organisation de l’équipe. On retrouve cette notion d’agilité et de fluidité. 

Ken Schwaber et Jeff Sutherland (2)

« Pas d’héroïsme. Si vous avez besoin d’un héro pour faire avancer les choses, vous avez un problème. L’effort héroïque doit être considéré comme un échec de la planification. »

Extrait du livre : Scrum, l’art de faire deux fois le travail en deux fois moins de temps

Jeff Sutherland 

Le Scrum Master permet à l’équipe de gagner en autonomie 

 

Le SM peut être vu comme les deux petites roulettes que l’on accroche au vélo de celui ou celle qui apprend à pédaler. Bien sûr, il faut veiller à ne pas y associer un aspect infantilisant. Le but du SM est en fait d’aider son équipe à adopter de bons réflexes. Ainsi, lorsque l’on enlève les roulettes, on évite de faire un grand soleil ! 

Ce métier permet de diminuer la pression hiérarchique parfois contre productive au travail. Attention. Que les plus conservateurs d’entre vous ne prennent pas peur. Non, le métier de Scrum Master n’est pas la porte ouverte au chaos. C’est même plutôt le contraire. 

In fine, les équipes devenues de plus en plus efficaces chaque jour sont constituées de collaborateurs qui peuvent compter les uns sur les autres, qui savent travailler ensemble, et qui offrent donc une qualité de travail précieuse pour l’entreprise. 

Le Scrum Master permet de gagner en efficacité  

« Le Scrum Master est redevable de l’efficacité de la Scrum Team […] » (cf. guide Scrum). On atteint donc le but recherché : agir vite, et bien. Or, comme nous venons de le voir, le bon accomplissement des missions du Scrum Master repose sur tout un panel de compétences, tant de son côté, que de celui de son équipe. La synergie des compétences professionnelles et personnelles permet un travail efficace.

Ainsi, les attentes du Product Owner sont respectées, et l’équipe de travail a gagné en compétences, de manière naturelle, fluide. 

Les bénéfices du rôle de Scrum Master au sein dune entreprise 

À l’heure où l’épanouissement au travail est de plus en plus recherché par les salariés, on attend du Scrum Master qu’il se porte garant du bon fonctionnement de son équipe, et donc de l’épanouissement de ses membres. On dit de lui qu’il doit avoir un rôle de servant leader. Cela demande plusieurs qualités, parmi lesquelles :  

  • Une facilité à communiquer ;
  • Une facilité à instaurer de bonnes conditions de travail en équipe ;
  • Une attitude de médiateur, qui pousse au consensus ;
  • Une empathie qui permet d’identifier et de comprendre les émotions des membres de son équipe ;
  • Une volonté d’apprendre par lui-même, afin d’apporter des éléments de réponse à son équipe et de ne jamais se retrouver au pied du mur. 

Ces compétences vous rappellent sûrement celles de l’intelligence émotionnelle que nous vous expliquons plus en détail dans l’article être un meilleur chef de projet grâce à lintelligence émotionnelle. Attention toutefois à ne pas faire l’amalgame entre chef de projet et Scrum Master ! Référez-vous à l’article ci-dessus pour y voir un petit peu plus clair. 

Le salaire moyen d’un Scrum Master

Finissons sur une note importante : les revenus du Scrum Master. Selon Glassdoor, le salaire d’un Scrum Master en France varie entre 38 000 € et 60 000 € bruts par an. Selon le guide des salaires Robert Half, un Scrum master est rémunéré entre 42 000 € et 75 000 € bruts par an. Bien sûr ce salaire dépendra de plusieurs éléments comme le niveau d’expérience, les certifications, les softs skills, etc. Sachez que depuis la réforme du 02 janvier 2021, la certification PMP® a augmenté son périmètre d’évaluation. Elle recouvre désormais les champs de l’agilité. Pour rappel, le champs d’intervention (et de négociation) d’un chef de projet certifié PMP® est beaucoup plus large. Selon l’enquête biennale réalisée par le PMI® (Earning Power) : Un chef de projet PMP® confirmé gagnerait en moyenne 65 367 € (échantillon de 93 personnes). Comptez 43 800 € (pour le centile inférieur de 10%) et 89 760 € bruts par an en France (pour le centile supérieur de 90%). Si vous hésitez entre les certifications Scrum et PMP®, sachez que la certification PMP® vous permettra de vous démarquer facilement de vos concurrents. En effet, la préparation à la certification PMP® est bien plus poussée que la préparation à une certification Scrum de base. Environ 3 mois de travail personnel contre 2 à 3 semaines pour Scrum. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle puisque comme vous pouvez le constater, non seulement, un(e) chef(fe) de projet certifié(e) PMP® pourra espérer négocier une meilleure rémunération de départ mais en plus, il/elle bénéficiera d’une formation/certification plus solide.          

Maintenant que vous avez lu cet article, saurez-vous répondre à une personne qui vous demande « en quoi consiste le métier de Scrum Master ? ». J’espère que c’est le cas ! Si toutefois un point vous semble flou, n’hésitez pas à le mentionner en commentaire, je vous répondrai avec plaisir !

________________________________

👉 Envie de doper votre carrière ? Optez pour la Rolls-Royce des certifications en gestion de projet : PMP® ! Cliquez-ici pour en connaître les avantages : 10 bonnes raisons d’être certifié PMP®

__________________________________

Sources et références :

[1] Framework : un framework est un cadre de travail. Scrum n’est pas une méthode c’est un framework. Il explique « quoi faire » pour mieux travailler ensemble. A l’inverse, une méthode, explique aux gens « comment faire » les choses pas à pas. C’est sûr que l’application d’une méthode serait 1000 fois plus confortable que l’application abstraite d’un cadre de travail. Justement tout est dit. L’application d’une méthode est facile quand on a à faire à des choses concrète (et avec un fort pourcentage de certitude). Par exemple : appliquer pas à pas la méthode de fabrication d’une tarte au citron meringuée. Mais les choses se compliquent dès lors que l’on a à faire à de la complexité. Exemple : il serait impossible d’appliquer une méthode pas à pas pour gagner des matchs de rugby à tous les coups. L’environnement est beaucoup trop incertain et complexe pour cela. Par contre, on peut à minima définir des principes d’action qui permettent de travailler au mieux ensemble. C’est le fameux « quoi faire ». Par exemple : Quand on travaille en équipe, il vaut mieux être courageux qu’être lâche :), il vaut mieux dire une vérité qui dérange plutôt qu’une illusion qui réconforte :), etc. (cf. les valeurs Scrum). Et c’est pour cela qu’on a besoin d’un facilitateur pour « libérer la parole ». C’est aussi pour cela que le standard PMBOK® 7th, évoque la notion de complexité dans ses nouveaux principes : « se frayer un chemin dans la complexité »

[2] La Scrum Team est composée du Product Owner, du Scrum Master et de l’équipe de développement. Veuillez noter que l’équipe de développement n’est pas composée exclusivement de développeurs informatiques. On peut y retrouver également des personnes chargées de communication, des graphistes, des business analyst, etc. c’est à dire toute personne destinée à fabriquer le produit final (ou le petit bout de produit final) en faisant partie de l’équipe (on peut monter jusqu’à 10 personnes).

[3] Pour aller plus loin : 

« Scrum : pour une pratique vivante de l’agilité» (6ème édition), Claude Aubry, 2022 

« Les méthodes agiles et leurs contradictions »Sociologies [En ligne], Théories et recherches, Anca Boboc et Jean-Luc Metzger, mis en ligne le 28 février 2020.

        

👉 Envie de doper votre carrière ? Optez pour la Rolls-Royce des certifications en gestion de projet : PMP® ! Cliquez-ici pour en connaître les avantages : 10 bonnes raisons d’être certifié PMP®


Si vous avez apprécié cet article, vous êtes libre de le partager ! :)